A la croisée de la production professionnelle et de l’éducation populaire

12 mars 2018 | Nos choix

L’idée est née avec ”Passeurs d’art”, première collaboration de Sandra Torralba, Estelle Hemmami et Jean-Luc Becquaert. Cette émission alors diffusée sur une web TV était consacrée à celles et ceux qui rendent l’art accessible à tous, elle voulait aussi démystifier la création artistique en allant à la rencontre des artistes et de leurs pratiques. Trois émissions ont été produites, elles ont permis la visite de l’atelier de Jean-Louis Toutain, la rencontre avec Christian Pradier, la participation au festival ”Voix d’étoiles” de Port Leucate, la découverte du cinéma ”la Muse” à Bressols… Sandra Torralba y a parlé du dialogue entre l’artiste photographe qu’elle est et ceux qui reçoivent ses photos, elle a montré comment éclairer une photo avec des outils très quotidiens… Estelle Hemmami s’y est entretenue avec ceux qui donnent leur voix aux films d’animation et a écouté Eric Sanjou et Christophe Champain évoquer les poèmes du dernier spectacle d’Arène théâtre.

Il nous fallait cependant davantage d’exigence et de rigueur, à la hauteur de nos envies et de nos ambitions. Il nous faut être plus professionnel et sans doute plus engagés. Engagés pour le travail des artistes et la liberté de tout le monde d’accéder à leurs œuvres, Engagés contre les censures insidieuses et la facilité de l’élitisme. Engagés pour l’éducation de citoyens curieux et critiques. “Passeurs d’art” devient “Trafiquants d’arts”, c’est la base de notre engagement pour l’éducation populaire par la culture de l’image. L’image sous toutes ses formes fixes ou animées, combinée au son ou pas, est omniprésente dans notre quotidien. Pourtant les programmes scolaires n’accordent de place au langage de l’image que de façon facultative ou optionnelle, comme si le décodage du monde dans lequel nous vivons ne concernait que quelques individus éclairés, voire illuminés.

A notre mesure et à la hauteur de nos moyens, nous voulons donner à chacun la possibilité d’accéder aux modes d’expression d’aujourd’hui, de comprendre les conditions de leur production, de mesurer que leur complexité est source à la fois de richesse et de perversité, et de s’exprimer eux-mêmes grâce à eux. L’élaboration de nos projets se fera en y associant un maximum de personnes, en particulier des jeunes ; en éditant des manuels pratiques et des référentiels ; en communiquant ouvertement sur tous nos projets.